Je me rends compte que je n'écris plus ici ou que j'ai peu écrit par peur. Peur de mes sentiments, peur de mes émotions, peur des réactions, peu d'être lue par des gens que je ne veux pas inviter par ici. Et je me rends compte, par voie de conséquence, que j'agis dans de nombreux autres aspects de ma vie en fonction de mes peurs et non de mes envies.

C'est dommage, je trouve. Je passe certainement à côté de nombreuses expériences agréables.

Pourtant, ce lieu me permettrait de démêler les écheveaux de mon intérieur. Je me rends compte aussi dernièrement que c'est parfois en s'exprimant que l'on comprend, même des choses qui peuvent sembler dérisoires ou anodines.

Je vois aussi combien les autres blogs m'aident, m'apportent des idées nouvelles ou libératrices.

 

calallonga